À l'affiche, ce soir...

Nightmare on Elm Street (1984) (suite)

À l’affiche, ce soir : Nightmare on Elm Street  (1984)

À propos : (attention spoilers)

Le film fut écrit par Wes Craven, écrivain et réalisateur, en 1981.  Nightmare on Elm NOESStreet n’était pas son premier film d’horreur. Il avait réalisé entre autre The Last House on the Left (1972), The Hills Have Eyes (1977), Deadly Blessing (1982), Swamp Thing (1984). Il devient rapidement un réalisateur connu pour ses films fantastiques et d’horreur. Parmi sa filmographie, on retrouve des œuvres pour le cinéma (The Serpent and the Rainbow (1989), The People Under the Stairs (1991), Scream Triology (1996, 1997, 2000), etc.) ainsi que pour la télévision (The Twilight Zone, etc.).

Il présenta le scénario pour Nightmare on Elm Street à plusieurs maisons de production. Finalement, ce fut la maison New Line Cinema qui accepta son projet. La réalisation ne se fit pas sans problème, principalement monétaire.

Craven aurait apparemment déclaré qu’il fut inspiré pour son scénario par la lecture d’articles de journaux relatant l’histoire de jeunes réfugiés Cambodgiens qui refusaient de dormir souffrant d’horribles cauchemars.  Les parents auraient encouragés leurs enfants à dormir, mais selon les articles, les enfants seraient tous morts dans leur sommeil. On dit aussi que le fait divers dont il se serait inspiré parle plutôt d’un adolescent qui refusait de dormir car il disait qu’il serait tué dans ses rêves. Alors que ces parents le forcent à dormir, ils le retrouvent le lendemain, mort, dans son lit. D’autres sources disent cependant que Craven aurait trouvé son inspiration d’un film réalisé par ses étudiants alors qu’il enseignait.

Le réalisateur avait tout d’abord planifié une fin heureuse à son film. Nancy tuait Freddy en cessant tout simplement de croire en lui et réalisait que tout ce qui était arrivé, était en fait un long rêve. Mais la maison de production voulait une fin équivoque dans laquelle alors qu’on croit tout d’abord que Freddy meurt et que tout est un rêve, on réalise qu’en fait il n’est pas mort et on ne sait pas si on voit encore un rêve ou un autre rêve à l’intérieur d’un rêve. Les deux fins furent filmées mais on utilisa la deuxième pour la version finale du film. Ceci laissant une porte ouverte pour une suite. Une suite fut en effet filmée – ainsi que de nombreuses autres. Mais Craven refusa de les réaliser.

Les suites sont très inégales, certaines très bonnes d’autres moins réussies, mais toutes continuent à fournir d’importants éléments sur le personnage de Freddy Krueger. Les films continuent également à explorer le monde des rêves et à remettre en question la ligne, parfois assez floue, entre la réalité et le monde des rêves. Les films en arriveront même à remettre en question de la ligne entre la réalité et le film lui-même. Qu’est-ce qui est un rêve et qu’est-ce qui est le monde réel ? Qu’est-ce que la réalité et qu’est-ce qui est un film ? L’actrice qui incarne Nancy reviendra dans une des suites en tant qu’elle-même. L’actrice est alors elle-même poursuivit par Freddy, le personnage des films dans lesquels elle a joué…

Freddy Krieger est devenu un personnage très connu du cinéma. Même sans être un fan de films d’horreur, on le reconnaît immédiatement : le chapeau, le chandail rayé rouge et vert, le visage brûlé et surtout le fameux gant avec de longs couteaux à chaque doigt.

Commentaires personnels: (attention spoilers)

Genre : Horreur

J’ai vu ce film chez une amie, en vidéo. À sa sortie au cinéma, je n’avais pas eu la permission d’aller le voir et j’étais trop jeune pour y aller toute seule. Nous étions dans le salon de mon amie et je me rappelle que malgré le fait qu’il faisait jour, que nous discutions pendant le film – commentant les personnages, etc. – je savais que j’aurais de la difficulté à dormir cette nuit-là.

Je n’ai pas pu fermer l’œil de la nuit. En fait je n’ai pratiquement pas dormi pendant les jours qui ont suivi. Et donc, le film avait parfaitement atteint son objectif. Nous avons tous eu peu en rêvant. Certains cauchemars sont fréquents et beaucoup de gens ont les mêmes peurs : être poursuivi, avoir l’impression de ne pas avancer, se noyer, voir des serpents, des araignées, etc. Mais lorsqu’on se réveille, le rêve est fini. Il ne peut nous atteindre dans la vie réelle. Et c’est là que Craven a réussi à nous toucher… dans son film, ce qui arrive dans le cauchemar a une incidence dans la vie réelle. Le cauchemar est réel. Si on est blessé dans le rêve, la blessure existe aussi dans la réalité. Nos angoisses se matérialisent non seulement dans le rêve mais nous poursuivent dans la réalité. Il n’y a plus de frontière entre l’imaginaire et le réel.

Et pour vaincre le rêve, il faut l’affronter dans la réalité. Le personnage de Nancy pourra vaincre Freddy en lui faisant dos et en prenant son énergie – dans le monde réel et non plus dans le monde des rêves.

Le film est efficace. Et il le demeure encore aujourd’hui. Il est sanglant, mais beaucoup moins que les films qui le suivront. Et Freddy demeure encore très peu vu. On l’entend plus qu’on le voit et c’est ce qui est terrifiant. Les effets spéciaux sont très bien produits, même si aujourd’hui on les sent un peu vieillis. Les acteurs sont bien dirigés et les personnages sont crédibles. On note cependant que la représentation des adolescents est un peu « passée date » et clichée.

Nigthmare on Elm Street est ce qu’on appelle un « slasher movie », c’est-à-dire une histoire présentant des meurtres sanglants exécutés par un psychopathe (dans laquelle une mort en suit une autre), mais il est très bien réalisé et a une solide histoire pour le supporter. Dans mes catégories personnelles, c’est aussi un film « slasher surnaturel ou fantastique » dans le sens que le meurtrier ne fait pas partie du monde des vivants – c’est un être « surnaturel », un esprit, un fantôme, un personnage de rêve (ou plutôt de cauchemar).

Je regarde aujourd’hui le film et même si je l’ai vu une vingtaine de fois depuis ce premier après-midi, j’ai encore quelques frissons. Il demeure un de mes films préférés. Et quand je vais me coucher après l’avoir regardé, j’ai encore une petite réflexion sur la barrière entre les rêves et la réalité.

Premier article: Nightmare on Elm Street (1984)

Sources :

Publicités

1 réflexion au sujet de “Nightmare on Elm Street (1984) (suite)”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s