Livres, lectures et littérature

À la table des seigneurs, des moines et des paysans du Moyen Âge

42253007À la table des seigneurs, des moines et des paysans du Moyen Âge / texte Eric Birlouez. — [Rennes] : Editions Ouest-France, [c2009]. — 127 p. : ill. en coul. ; 26 cm. — ISBN 978-2-7373-4629-3. — (Coll. Histoire)

Quatrième de couverture

En nous invitant à découvrir la table au Moyen Âge, Éric Birlouez nous entraîne dans un univers d’une éblouissante richesse sensorielle et symbolique. A la table des seigneurs, les plats étaient parfois colorés en jaune orangé ou en rouge vif. Ils étaient généreusement assaisonnés de coûteuses épices aux subtils arômes. Certains mets présentaient un degré de raffinement inouï, tels ces cygnes au bec et aux pattes dorés à l’or fin, servis revêtus de leurs plumes et avec les ailes déployées. Le festin médiéval était un spectacle « total », qui se déroulait selon un rituel très codifié et qu’agrémentaient musiciens et conteurs, jongleurs et acrobates.

Cet ouvrage nous parle aussi du pain et des bouillies de céréales, des humbles légumes et des modestes plats de fèves. C’est-à-dire de la nourriture des pauvres… qui constituaient les neuf dixièmes de la population ! Il évoque également l’alimentation des moines et nous rappelle que l’Église imposait, aux religieux comme aux laïcs, la stricte alternance des jours « gras » et des « maigres ». Le style d’alimentation du mangeur médiéval devait impérativement être conforme à son rang social. C’est pourquoi, en nous penchant sur les tables du Moyen Âge, nous en apprenons beaucoup sur la société de l’époque, sur son organisation et ses activités économiques, sur ses normes cultuelles et sa symbolique.

L’auteur

Éric Birlouez est tout d’abord un ingénieur agronome qui s’est spécialisé en histoire de l’alimentation. Il est également sociologue et consultant. Il enseigne en Histoire de l’alimentation et sociologie des comportements alimentaires à plusieurs universités françaises et étrangères. Il a également publié des ouvrages et articles sur les sujet de l’alimentation et des aliments toujours en y soulignant les aspects historiques et sociologiques.

Bibliographie

  • Le lait, premier aliment de l’homme (2001) (Avec Inès Birlouez-Aragon)
  • La civilisation du blé : pain, amidon, froment, épi, engrain, farine (2002)
  • A la table des seigneurs, des moines, et des paysans du Moyen Age (2009)

Résumé et Commentaires personnels

C’est une invitation à s’asseoir à une table – ou plutôt des tables – médiévale que nous propose Eric Birlouez avec son ouvrage « À la table des seigneurs, des moines et des paysans ». L’auteur qui est un spécialiste de l’histoire de l’alimentation, nous fait découvrir les habitudes alimentaires des gens du Moyen Âge. L’ouvrage pose le sujet en soulignant les différences alimentaires importantes entre les différentes couches de la société. En effet, on ne mange pas de la même façon, ni la même chose si l’on fait partie de la noblesse/bellatores (seigneurs et chevalerie), du clergé/oratores (moines et religieux) ou des paysans/laboratores (pauvres, humbles, travailleurs, etc.).

L’ouvrage traite différents sujets tous reliés évidemment au monde de l’alimentation au Moyen Age. Cette période étant très vaste (environ mille ans), il est évident que l’auteur ne peut couvrir tous les aspects reliés à la cuisine, la table, l’alimentation. Il ne peut que survoler certains de ces thèmes.

– On nous présente d’abord les trois groupes sociaux de l’époque et on distingue bien les différentes habitudes alimentaires associées à chacun. Les codes alimentaires et sociaux sont très stricts et on les suit à la lettre.

– L’auteur nous parle ensuite de différents aliments présents dans les plats médiévaux: céréales, pain, légumes, chairs, miel, vin,… La nourriture change et évolue.

– On décrit ensuite les différentes étapes des repas, particulièrement les festins et banquets. On y traite du service, du rituel du repas et surtout de l’importance des couleurs en cuisine médiévale.

– Un chapitre complet nous parle ensuite des épices, omniprésente dans les mets.

– Le mobilier, les ustensiles et les bonnes manières de table sont ensuite présentés.

– Finalement, l’auteur s’attarde sur la cuisine et les cuisiniers.

Le livre est riche en information sur les habitudes alimentaires de cette vaste époque et on découvre les origines de nombres de coutumes encore en vigueur aujourd’hui. Manger et « bien manger » est depuis toujours au centre de nos préoccupations. Et étudier comment on s’alimentait au Moyen Age nous en apprend beaucoup sur la société de l’époque.

Cette collection des Éditions Ouest-France est dédiée principalement au Moyen Âge est un excellent moyen de se familiariser avec cette époque. Les ouvrages sont agréables à lire et abondamment illustrés. Les ouvrages sont évidemment brefs et ne prétendent pas faire le tour des sujets qu’ils abordent. C’est un premier contact, une première approche. On nous propose un survol du sujet en tentant de couvrir le plus d’aspects possibles.

Comme tous les ouvrages de cette collection, ce livre est richement illustré. On nous propose quantité de gravures et enluminures pour illustrer les propos. Cependant, l’ouvrage semble légèrement « plus » illustré que d’autres livres de la collection et même peut-être un peu « trop », selon moi. Les illustrations prennent souvent toute la place dans la page et laissent peu d’espace pour les textes qui se trouvent ainsi très réduits. Il manque aussi d’explications plus détaillées des illustrations. Même si nous savons que le livre n’est qu’une introduction, un peu plus d’informations aurait été intéressant. Et quelques recettes auraient ajoutées un petit élément intéressant selon moi.

On passe rapidement sur les sujets, il y a peu de chronologies et on fait peu de nuances entre les habitudes alimentaires dans une même couche de la société. Évidemment, on s’attarde plus aux habitudes alimentaires des nobles, la documentation étant plus détaillée sur cette classe de la société.

Ceci dit, l’ouvrage est très intéressant et même passionnant. Une chose est certaine… je vais continuer mes lectures sur cet aspect peu connu de la vie au Moyen Âge.

Extraits

« Comme le haricot et les courges dont nous avons déjà parlé, d’autres légumes « américains » – et pas des moindres – sont totalement absents du répertoire alimentaire des hommes du Moyen Age: la pomme de terre, le maïs, la tomate, les poivrons et les piments, le topinambour… ne débarqueront sur l’Ancien Continent qu’au début du XVIe siècle (mais faudra attendre encore près de trois siècles pour que les Français acceptent enfin de consommer tomates et pommes de terre!) » p. 42-43

« […] les plats chauds arrivent couverts d’un autre plat retourné afin qu’ils ne refroidissent pas trop. En effet, dans les grandes demeurent des familles nobles, la cuisine est éloignée des autres pièces d’habitation pour limiter les risques de propagation d’un éventuel incendie. Cet usage est à l’origine de l’espression « mettre le couvert ». » p. 83

« Au Moyen Age, la notion de salle à manger », c’est-à-dire de pièce dédiée de manière permanente aux repas, n’existe pas. Chez les paysans et les citadins pauvres, c’est dans l’unique pièce du logement que l’on mange. Dansl es châteaux, le spalais princiers, les hôtels aristocratiques et les grandes demeures bourgeoises, on prend les repas dans la pièce que l’on juge la plus appropriée aux circonstances… […] Ce choix est d’autant plus aisé à concrétiser qu’il n’existe pas (ou peu) de tables de repas fixes. Lorsqu’approche le moment de manger, on pose une planche sur des tétraux, matériel que l’on range à l’issu du repas. C’est de cette pratique que viennent les expressions « dresser » la table ou « mettre » la table… » p. 107

Sources à consulter

Quelques critiques de l’ouvrage:

Un blog sur la cuisine au Moyen-Âge

Publicités

3 réflexions au sujet de “À la table des seigneurs, des moines et des paysans du Moyen Âge”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s