Le poison des roses de Mirjam Pressler

Roses1Le poison des roses : roman / Mirjam Pressler ; traduit de l’allemand par François Mathieu et Dominique Taffin-Jouhaud. — [Paris] : Calmann-Lévy, c2007. — 262 p. ; 21 cm. — ISBN 9782702138090. — (Coll. Suspense (Calmann-Lévy (Firme)) [14].

Quatrième de couverture

Auteur de romans policiers à succès, Lisa Bratt mène seule une vie bien rangée après deux divorces, dans un univers douillet et volontairement isolé. Mais un soir, elle ramène chez elle Annabella, une jeune SDF victime d’une agression dont elle a été par hasard le témoin.

Leur trouble cohabitation dérègle totalement l’existence de Lisa. Elle continue cependant à travailler à son prochain roman – dont l’héroïne, une passionnée de roses, projette d’empoisonner son mari – et un jeu subtil s’installe bientôt entre la vie réelle et la fiction…

Mais la nuit où Lisa découvre Annabella totalement ivre, ce sont les souvenirs de sa propre enfance qui remontent à la surface. Après la mort de sa sœur jumelle, son père parti, Lisa n’a plus été pour une mère alcoolique que l’« enfant de reste »…

Tout en nuances, ce roman d’une grande justesse raconte, dans un style sobre et précis, le glissement inexorable d’une vie banale vers le cauchemar. Du grand art, qui n’est pas sans rappeler celui de Patricia Highsmith.

L’auteur

Mirjam Pressler est né en 1940 à Darmstadt en Allemagne. Elle étudie en art à Akademie Roses2für Bildende Künste à Francfort et les langues à Munich. Elle vivra un an en Israël. Puis elle retourne en Allemagne où elle a plusieurs différents emplois. Elle commence à écrire en 1979. L’année suivant, en 1980, son premier roman, Chocolat amer, reçoit le prix du livre de l’enfance et de la jeunesse d’Oldenbourg. Elle continue d’écrire, principalement pour la jeunesse, et est également traductrice. Elle reçoit de nombreux prix dont un prix spécial de la littérature jeunesse pour son travail de traductrice et des prix pour l’ensemble de son oeuvre. Elle vit aujourd,hui à Munich où elle continue à écrire et à traduire.

Site de l’auteur en allemand.

Bibliographie partielle

Bibliographie très extensive. Principalement des romans jeunesse et quelques romans pour adultes. Quelques titres ont été traduits en d’autres langues dont le français et l’anglais. Je n’ai cependant pas pu trouver de listes autres qu’en allemand. On peut trouver sa bibliographie complète en allemand sur Wikipedia.de.

Commentaires personnels

Encore une fois, je n’aurais jamais découvert ce roman, s’il n’avait été présent sur ma liste d’élagage. J’ai trouvé le quatrième de couverture alors j’ai décidé de le lire avant de l’envoyer dans la vente de livres… oui, car 5 prêts en 2007 et rien après, c’est la mort d’un livre en bibliothèque publique qui manque d’espace, à moins d’être un classique. Cruel mais c’est la vie.

Donc, nous avons ici une auteur de romans policiers, Lisa, un peu asociale et recluse. Elle a peu d’amis, sort rarement de chez elle. Elle consacre ses journées à l’écriture de son prochain roman dans lequelle elle raconte le futur assassinat d’un homme par son épouse qui cultive des roses. Un soir, elle assiste à une altercation entre une jeune fille et son copain. Elle intervient et finit par ramener cette jeune fille sans abri, Annabella, chez elle. Cette décision impulsive ne ressemble pas à Lisa, mais elle est d’abord heureuse de cette cohabitation. Mais rapidement, Annabella envahit la vie de Lisa. La jeune fille s’incruste chez Lisa et commence à envahir tous les aspects de sa vie. Elle profite de Lisa et la manipule. Elle finit même par influencer le roman que Lisa écrit.

Le roman oscille d’ailleurs entre les pages que Lisa écrit et sa relation avec Annabella. Les personnages du roman de Lisa prennent vie petit à petit et nous assistons à leur histoire. Les deux histoires s’entremêlent et se parlent. Ces deux histoires sont intéressantes mais comme d’autres lecteurs j’ai eu un faible pour l’histoire de la cultivatrice de roses. Et j’aurais presque voulu avoir un autre roman vraiment consacré à cette famille. Mais le roman dans son ensemble est vraiment bien construit.

La narratrice, Lisa, est un personnage beaucoup plus complexe qu’il n’apparaît au tout début. Et le personnage d’Annabella me semble décrit de façon superficiel. On n’arrive pas à vraiment connaître Annabella, mais cela m’apparait essentiel à l’histoire. L’essentiel du roman est la perception que Lisa a de son aventure avec Annabella. Et surtout ce sont ces sentiments qui sont mis au premier plan. Elle a besoin de sauver la jeune fille, elle s’essaie au rôle de sauveur, de mère, de mentor… Elle croit pouvoir sauver Annabella, elle est certaine qu’elle peut construire une relation avec elle. Mais Annabella n’est pas un ange. Elle manipule, profite de Lisa. Elle est même volontairement cruelle et perverse. Elle s’amuse et joue les victimes pour mieux profiter de l’auteur. Elle ne veut pas jouer le jeu de la relation mère-fille que Lisa veut tant vivre. Cette relation malsaine transforme tout de même Lisa. Elle l’oblige à confronter son passé, ses relations passées et actuelles, ses démons intérieurs. Mais Annabella finira par dépasser les limites de l’auteure.

Le roman de Pressler m’a envoûté. J’ai bien aimé ce jeu de manipulations qui va dans les deux sens. Car même si Annabella est le personnage qui est foncièrement et ouvertement manipulateur, Lisa exerce sa propre manipulation aussi. Le texte a bien quelques longueurs et j’ai eu quelques soupirs d’exaspérations face à la prétendue naïveté de la narratrice. Parfois, j’ai ragé devant l’obstination de Lisa a vouloir « sauver » la jeune fille. Et j’ai douté de la crédibilité de certaines actions des personnages. Et comme je l’ai dit, j’aurais bien aimé voir plus de finalité dans le roman que Lisa écrivait. Mais ces petites critiques ne changent pas le fait que j’ai beaucoup aimé le roman. Mirjam Pressler a une écriture efficace et joue avec les mots. Elle fait également parlé sa narratrice a une tierce personne. Lisa raconte son histoire a une personne, en lui disant « tu ». Ce n’est pas un procédé facile et c’est souvent mal utilisé. Pressler le fait très bien.

Très bon roman. Alors pourquoi ne sort-il pas ? Je l’avoue, je ne l’ai pas élagué. Je l’ai mis dans la section « coup de cœur » (même si ce n’est pas nécessairement un coup de cœur, je l’ai suffisamment aimé pour l’y mettre) et évidemment quelqu’un l’a emprunté tout de suite. Tant de livres oubliés, trop de livres oubliés.

Extraits

« Il est étrange, n’est-ce pas, qu’il soit beaucoup plus difficile de raconter des épisodes gais et agréables que de narrer des événements dramatiques; C’est pareil en littérature, quand un auteur décrit trop de faits joyeux au quotidien, les lecteurs que nous sommes se mettent à penser, oui d’accord, j’ai pigé : il sourit, elle sourit, le soleil brille dans le ciel azuré, les pensées fleurissent dans les massifs du jardin public, mais qu’est-ce que ça signifie, qeul rapport avec moi; et nous nous ennuyons, alors que les déceptions, les humiliations, une haine subconsciente éveillent des souvenirs et nous incitent à comparer, apprécier classifier ce qui nous est personnel en fonction de ce qui vient d’ailleurs, et à recréer constamment notre passé jusqu’à en avoir limé toutes les aspérités. » p. 45

Sources à consulter

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s