Letendre et l’homme de rien de Pierre Caron

Letendre01Letendre et l’homme de rien / Pierre Caron.  — [Montréal] : Fides, c2008 – 343 p. ; 22 cm. – ISBN 978-2-7621-2954-0.

Quatrième de couverture

Comment Paul Letendre, collectionneur de livres anciens, père aimant et compagnon affable quelque peu pantouflard, a-t-il pu se laisser entraîner dans une investigation criminelle au péril de sa vie?

Dans la neige et le chatoiement des fêtes, il se lance sur les traces d’un «homme de rien» assassiné dans des circonstances troublantes, avec l’espoir de récupérer l’édition originale des Liaisons dangereuses de Laclos. De son arrondissement bourgeois d’Outremont en passant par un quartier pauvre du sud-ouest de la ville, qui lui rappelle ses cauchemars de jeune homme, et par Prague, «la plus belle ville du monde», il remonte une filière qui va lui réserver plus d’une surprises [sic].

Intuitif mais sans réelle méthode, jamais certain de progresser et toujours à se questionner sur l’à-propos de sa démarche, il demeure fidèle à lui-même, à la fois candide et gauche, et parvient à démêler une enquête qui laissait la police perplexe.
 
Si son aventure n’a rien d’héroïque, elle a tout de la propension des gens ordinaires à briser les digues du quotidien pour s’embarquer dans des aventures plus grandes qu’eux. Et cela donne l’occasion d’un roman qui happe le lecteur comme la plus virevoltante des histoires.

L’auteur

Pierre Caron est né en 1944 à Québec. Il a fait des études en Lettres à l’Université Laval et obtient son diplôme en 1966. Puis il fait des études en Droit à l’Université de Montréal et obtient sa licence en 1974. Il poursuit ses études en droit notarial. Après ses études, il a d’abord été journaliste de 1965 à 1978. De 1978 à 1990, il fut notaire, puis avocat jusqu’en 2005. En 1978, il publie son premier ouvrage, 4000 heures d’agonie, récit sur la vie de Bob R Moynier, ancien directeur canadien de l’agence de presse Reuther. Il publie ensuite son premier roman en 1980, La vraie vie de Rina Louise.

Il donne de nombreuse conférence comme écrivain à travers le monde. Il sera également directeur littéraire pour la maison d’édition Lanctôt, (2005) et des éditions Fides (2008). En plus de romans et récits, il publie de nombreux ouvrages de vulgarisation de droit. Il écrit également des guides touristiques historiques sur la ville de Québec et sur la province.

Il demeure aujourd’hui à Senneville sur l’île de Montréal où il continue d’écrire, offrir des conférences et agir comme conseiller littéraire.

Profil Facebook de l’auteur et son site personnel

Bibliographie

  • Quatre mille heures d’agonie (récit) (1978)
  • La vraie vie de Tina Louise (roman) (1980)
  • Vadeboncœur (roman) (1996)
  • Marie-Godine (roman)  (1995)
  • Les aventuriers de la Nouvelle-France (roman)  (1996)
  • Mon ami Simenon (récit) (2003)
  • La naissance d’une nation, trilogie romanesque
    • Thérèse (roman) (2004)
    • Marie (roman) (2005)
    • Émilienne (roman) (2006)
  • Les petites créances, comment s’y préparer (2004)
  • Le divorce sans avocat (2006)
  • Letendre et l’homme de rien (roman) (2008)
  • L’âme de Québec (2008)
  • Promenades à Québec (2008)
  • L’histoire vivante des régions historiques du Québec (2008)
  • Liquider une succession (2009)
  • Letendre et les âmes mortes (roman) (2010)
  • Vagabondages… visites émotives de 50 villes et villages du Québec (2011)
  • Aqua Tumulta (2014)
  • Quelque chose est arrivée à Christiane (récit) (2014)
  • Ma singulière amitié avec Simenon (récit) (2015)

 Mes commentaires

C’est une bien sympathique lecture que ce roman m’a offert. Caron nous propose un agréable roman qui se veut un tantinet policier. Je dis « qui se veut » parce que même s’il y a un meurtre et un « enquêteur » amateur, bizarrement, je n’ai pas eu l’impression de lire un roman policier… Bon, ce n’est pas un suspense, ni un thriller. Et oui, il y a bien une enquête pour savoir qui a tué la victime et donc par définition, c’est un roman policier. Et il est bien classé dans cette catégorie à la bibliothèque. Mais l’intrigue m’a semblé mince et quasiment secondaire. Et ce n’est pas l’absence de tension qui me fait dire ça… car j’ai lu plusieurs romans policiers sans suspense, dont tous les romans d’Agatha Christie. Je ne sais pas… J’ai beaucoup aimé l’enquête de Letendre, elle était bien menée et très intéressante – bien que pas très complexe – mais j’ai tout de même l’impression que l’auteur voulait plutôt mettre l’emphase sur ses personnages et leurs histoires. L’enquête était secondaire.

Et même si j’ai bien aimé le roman tout de même, je crois que c’est un pari risqué pour un auteur. Quand on m’annonce un roman policier, je m’attend à une enquête un peu plus présente. Et je peux imaginer que beaucoup de lecteurs ont pu être déçus. Mais les personnages sont très intéressants alors j’ai lu le roman très rapidement et avec intérêt.

Paul Letendre est un collectionneur de livres anciens. Il voyage beaucoup à la recherche de livres anciens et rares. Beaucoup de ces livres se retrouvent ensuite dans la librairie de sa fille. Sinon, il mène une petite vie tranquille un peu en solitaire depuis que sa femme a disparu il y a plusieurs années. Il fréquente cependant une avocate qui prend de plus en plus de place dans sa vie.

De retour d’un long voyage où il a ramené de nombreux livres, un ami lui donne un tuyau sur un homme qui vendrait de vieux livres. Letendre se rend, en taxi, à l’adresse indiqué dans un quartier un peu louche. L’homme, un réfugié tchèque, possède une copie de l’édition originale de 1776 des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. Mais il n’a que le second tome. Letendre le prend et l’homme lui promet le premier tome pour le lendemain. Mais l’homme est assassiné avant que Letendre puisse récupérer le volume.

Letendre décide donc de mener sa propre enquête sur cet homme, assez banal en fait… un homme de rien. Il se fait aider du chauffeur de taxi qui l’a conduit la première fois et qui devient un peu un ami et confident. D’autres personnages viendront l’aider dans sa quête personnelle, un employé de dépanneur, sa fille, son gendre, sa copine… Son enquête le mènera à travers Montréal jusqu’à Prague. C’est qu’il veut savoir qui a tué l’homme et surtout s’il peut récupérer son livre. Mais en fouinant un peu partout ainsi il va finir par se mettre en danger.

Le roman est donc une belle petite enquête un peu improbable, incongrue et légèrement invraisemblable… mais bien sympathique.  Et puis, on y parle de vieux livres et de Prague, une ville que j’ai adorée… alors on peut bien fermer les yeux sur les trous de l’histoire et les phrases un peu lourdes.

 

Les mots de l’auteur

« Dans un silence d’église, quelques lecteurs, installés à des tables disposées en parallèle et surmontées de lampes en laiton, lisaient et prenaient des notes, Letendre se revit à la bibliothèque Mazarine, au cours de son premier voyage à Paris. » p. 221

Pour en savoir un peu plus…

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s